La jalousie, l’incontournable des relations amoureuses

0
1

Qu’elle vienne de l’homme ou de la femme ou des deux, la jalousie fait partie intégrante des histoires d’amour. Mais d’un couple à un autre, elle varie beaucoup.

Aperçu global sur la notion de jalousie

Nul besoin de s’embarrasser de définitions encyclopédiques pour savoir ce qu’est la jalousie, car nous la vivons tous au quotidien… ou presque. La jalousie est ce sentiment qui nous crée un pincement lorsque la personne à qui nous tenons semble montrer des signes plus de proximité avec une autre personne.

Selon que ces signes soient plus ou moins anodins, selon notre degré d’attachement à la personne, ou encore en fonction de notre personnalité intrinsèque, l’intensité de ce sentiment pourra alors être plus ou moins élevée.

Vous reluquez le derrière de la jolie serveuse au restau qui vient de déposer sur votre table votre commande ? Madame fera assurément grise mine, elle est jalouse !

Vous faites passer à votre chérie un interrogatoire parce qu’un de ses potes l’appelle trop souvent ? Le ton de votre voix est un peu dur, vous êtes jaloux ! Mais dès lors que cette jalousie se déclenche, elle ne se manifeste pas de la même façon d’une personne à une autre.

La jalousie modérée

Sans tourner autour du pot, c’est probablement la « meilleure » forme de jalousie. Elle se révèle être une émotion globalement mesurée, que l’on arrive à contrôler et qui met un peu de piquant dans la relation. De fait, à la personne jalouse, elle lui rappelle qu’elle a de l’attachement pour l’autre.

Chez le/la partenaire, elle fait naître une certaine joie, une certaine satisfaction, du fait de savoir que l’autre tient à lui/elle. En règle générale, lorsque cette forme de jalousie se déclenche, c’est toujours pour une bonne raison. Des disputes peuvent alors survenir, plus ou moins intenses selon le motif de déclenchement et selon la personnalité des deux partenaires.

Des insultes peuvent jaillir de partout ; plus rarement, deux ou trois objets peuvent voler dans les airs.

Dans tous les cas, il revient généralement au partenaire en tort de savoir apaiser l’autre et de lui rappeler la place qui est la sienne. Souvent, tout ça se termine sous la couette dans un dévorant corps-à-corps. La personne fautive présente ses excuses, puis la vie reprend son cours normal, avec parfois même un rapprochement supplémentaire.

La jalousie excessive

Vous avez dit « cours normal » ? C’est justement ce qui n’existe pas dans le cas d’une jalousie excessive ; parlons plutôt d’une jalousie maladive. Le jaloux ou la jalouse a constamment l’impression que l’autre va rompre. En conséquence, la collègue de bureau qui appelle à 7 heures du soir pour rappeler un dossier oublié a déjà appelé à une heure trop tardive ; la tante que l’on va voir trop souvent est louche et a sûrement un penchant douteux pour les jeunes.

Même votre cousine, avec qui vous avez grandi et qui est comme une sœur pour vous, est susceptible de vous arracher à elle. Elle traque la moindre piste suspecte d’infidélité sur vos vêtements dès que vous rentrez, elle fouille vos poches dès que vous avez le dos tourné et use de tous les stratagèmes pour obtenir le mot de passe de votre téléphone et accéder à vos communications. En clair, elle est paranoïaque.

Avec une telle description, vous comprenez donc qu’il ne s’agit d’une émotion normale déclenchée par une certaine situation. Il s’agit d’une émotion obsessionnelle, constamment présente, et qui fait alors de la relation un véritable enfer.

Au quotidien, il est presque impossible de vivre en quiétude avec une personne souffrant de jalousie maladive. Alors, soit vous allez voir un spécialiste pour l’aider, soit vous trouvez le moyen de devenir thérapeute et mettez en place une solide stratégie d’apaisement. Vous ne pouvez pas faire grand-chose à part ça.

Si vos démarches n’aboutissent pas, et si vous perdez alors toute stimulation vis-à-vis de la relation, vous avez le droit de vous en aller.

Jalousie oui, mais self-control d’abord

Il est indéniable que la jalousie a des côtés positifs lorsqu’elle est mesurée. Elle peut parfois relancer une relation qui sombrait dans la routine, réveiller des sentiments qui commençaient à s’éteindre, etc.

Toutefois, elle ne peut avoir de tels effets positifs que si les partenaires savent tous les deux faire preuve d’un certain contrôle de soi. Même si madame soupçonne des infidélités de monsieur, elle n’a pas besoin d’aller à son travail faire un scandale.

Si monsieur pense que sa femme est trop belle quand elle va rencontrer certains partenaires de son entreprise, il n’est pas pour autant nécessaire qu’il se mette à l’accompagner partout.

De plus, si une situation conduit à une scène de jalousie, celui des deux partenaires qui est en tort doit rapidement reconnaître qu’il/elle est en faute et faire en sorte de calmer son amoureux(se).

C’est donc cette capacité à se contrôler, dont peuvent faire preuve les deux partenaires, qui permettra de tirer le meilleur d’un conflit créé par la jalousie.

Le piquant pour relancer la relation

Toute relation amoureuse s’étend sur trois principales étapes.

Il y a bien sûr le début. A ce moment, l’intérêt des partenaires l’un pour l’autre est intense. Ils veulent passer toutes leurs journées ensemble, ils veulent aller au ciné, faire toutes sortes d’activités pour consolider les liens. Côté sexe, c’est un véritable entraînement pour les JO du sexe ; no stop !

Vient ensuite la phase moyenne ou milieu de la résolution ; de temps à autre, chacun(e) veut avoir son moment de solitude à lui/elle, on s’aime toujours bien mais on s’ennuie de temps à autre et on ne cherche plus forcément à tout faire ensemble.

Enfin, on vous le donne en mille, vient la chute ou la fin de la relation. Les sentiments ont totalement décliné. On ne se supporte plus vraiment et on pense fréquemment à rompre.

Au milieu ou à la fin, si une situation de jalousie survient, tout peut être relancé !

LAISSER UNE REPONSE