Santé publique : 2600 Camerounais touchés par la méningite en 2019

0
7

De nombreux cas avec décès des infections à méningocoques ont été signalés dans des centres hospitaliers de Yaoundé ces dernières semaines.

Un enfant de moins de trois ans est décédé le lundi 16 décembre 2019, au centre des urgences les Jourdain de Yaoundé. Aucune autorité sanitaire camerounaise ne s’est encore exprimée sur le sujet. De source digne de foi, pourtant, des cas de méningite auraient été détectés au Cameroun, et plus précisément dans la capitale Yaoundé depuis au moins une semaine.

La consigne aurait même été donnée au corps médical de ne pas divulguer cette information. Certainement pour ne pas créer la psychose au sein des populations, nous a précisé sous anonymat un cadre en service dans un hôpital de Yaoundé. D’après l’Organisation mondiale de la santé le Cameroun est une zone à risque pour la méningite. Il fait en effet partie des 26 pays qui constituent la « ceinture de la méningite », qui s’étend du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie.

Selon le Dr. Phanuel Abimana, représentant de l’Oms au Cameroun, La méningite est une inflammation des méninges : les enveloppes de la moëlle épinière et du cerveau dans lesquelles circule le liquide céphalorachidien. Dans la plupart des cas, la méningite est due à un virus (méningite virale). La méningite peut aussi être due à une bactérie (méningite bactérienne). La méningite bactérienne est habituellement beaucoup plus grave que la méningite virale et nécessite des soins en urgence extrême.

Sans traitement, elle tue jusqu’à 50% des malades et entraîne souvent des séquelles graves. Chaque année, « environ 30.000 cas de méningite à méningocoques, l’une des formes de méningite bactérienne, sont encore signalés dans cette zone », rappelle l’Oms. En cette fin d’année 2019, la méningite a touché plus de 2600 Camerounais. 6% des personnes atteintes par cette maladie en sont mortes.

Cameroun – Présidentielle 2018: le sous-préfet de Douala 4e interdit le meeting de Maurice Kamto en face du Lycée bilingue de Bonabéri

Souvent frappé par la méningite, le Cameroun fait partie de la « ceinture de la méningite », qui s’étend du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Ethiopie à l’Est, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Cette zone de 26 pays, qui comprend notamment le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la Centrafrique, la RD Congo, le Tchad, le Togo, le Rwanda et le Sénégal, est la plus lourdement frappée par la maladie dans le monde. La méningite bactérienne peut se transmettre par un contact étroit et prolongé avec une personne infectée.

La majorité des personnes exposées à la bactérie ne contractent pas l’infection. De plus, chez la plupart de celles qui la contractent, la méningite ne se développe pas. La bactérie est véhiculée par la salive et les sécrétions provenant du nez et de la gorge. On peut la contracter en respirant des particules de salive présentes dans l’air lorsque la personne a toussé, éternué ou s’est mouché, la bactérie se transmet aussi par la salive présente i lors des baisers sur la bouche, * en partageant des ustensiles, des verres, des. bouteilles d’eau, des cigarettes, du rouge à lèvres, etc.

Les infections à méningocoques sont une urgence médicale, elles exigent un diagnostic précoce, l’hospitalisation et un traitement par antibiotiques immédiat. Plus le traitement tarde, plus le risque de séquelles neurologiques ou de décès s’accroît. La baisse d’audition, les problèmes de vision (pouvant aller jusqu’à la cécité), les difficultés d’élocution, les troubles d’apprentissage,

actucameroun

LAISSER UNE REPONSE