Cancer du sein : la mammographie et l’échographie pour le dépistage précoce

0
6

La campagne « Octobre rose » lancée le 9 octobre vise à réduire les coûts de ces examens, afin de barrer la voie à cette maladie gui fait plus de 2000 morts contre 3500 nouveaux cas par an au Cameroun.

Au Cameroun, plus de 15000 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués en 2018. Au rang de ces «tueurs silencieux», l’on compte le cancer du sein. «C’est le premier cancer en termes d’incidence dans notre environnement. On en diagnostique chaque année un peu plus de 3500 nouveaux cas. C’est également le premier pourvoyeur de mortalité par cancer car, plus de 2000 femmes en meurent chaque année», évalue le Dr Etienne Atenguena, coordonnateur de Rencontre d’experts en soins d’oncologie et de support (Resos), une association qui regroupe les soignants qui ont en partage les soins du cancer.

Malheureusement, «les soins de cancers sont mal connus pourtant le Cameroun en regorge. Les soignants aussi sont mal formés, mal vulgarisés et notre objectif est d’améliorer les capacités des soignants à prendre en charge les cancers», poursuit le Dr Etienne Atenguena.

Afin d’encourager le dépistage précoce qui est, selon des spécialistes, un moyen de prévention de cette maladie, le Resos a procédé le 9 octobre au lancement de la campagne «Octobre rose» sur le thème «je peux, nous pouvons». Cette campagne vise à améliorer l’accès aux examens permettant le diagnostic de cette pathologie, notamment la mammographie et l’échographie dont les coûts ne sont pas toujours à la portée de tout le monde.

Pour la mammographie par exemple en temps ordinaire, il faut disposer d’environ 30000 à 40000 Fcfa. «Je suis d’accord que l’examen coûte très cher, dépendant de la technologie utilisée. Mais, il n’est pas plus onéreux que le cancer lui-même. Personne n’aimerait vivre avec un cancer», rassure le Dr Emmanuel Essaka Dinh, coordonnateur médical du Groupe médical St-hilaire.

Ce coût est ramené à 20000 ou 25000 Fcfa pendant la période de la campagne, selon qu’on est au Groupe médical St-hilaire, au Centre médical la Cathédrale et au Centre médical Sainte Cécile, entre autres centres concernés par cette campagne dans la ville de Yaoundé. Cet examen d’une quinzaine de minutes consiste en effet à explorer les tissus mammaires par des rayons X.

« C’est l’examen primaire pour la détection des pathologies mammaires. C’est à partir de cet examen que l’on peut prescrire d’autres pour une exploration plus approfondie du tissu mammaire », explique Roméo Kemda, technicien en imagerie médicale. Toutefois, il n’est recommandé qu’aux personnes âgées de 40 ans et plus.

Pour éviter d’exposer les jeunes qui peuvent aussi être victimes du cancer du sein à ces radiations qui représentent un danger pour la santé, il leur est proposé des échographies qui coûtent relativement moins cher. Pour l’édition 2019, la campagne « Octobre rose » ambitionne de dépasser le seuil de 1000 dépistages par mammographie atteint en 2018. Le résultat à terme étant de rendre familiers le dépistage et le diagnostic précoces du cancer du sein, il sera question au cours de la campagne d’encourager les femmes à effectuer une mammographie à 40 ans et à la répéter tous les deux ans à partir de 50 ans.

actucameroun

LAISSER UNE REPONSE