Plainte pour viol : entendu, Neymar reconnaît avoir bu le soir des faits

0
7

La star brésilienne a livré sa version des faits dans l’affaire qui l’oppose à Najila Trindade, mannequin de 26 ans qui l’accuse de l’avoir violée dans un hôtel à Paris mi-mai.

Neymar a été entendu jeudi 13 juin pendant plus de cinq heures dans un commissariat de police de Sao Paulo pour répondre des accusations de viol de la Brésilienne Najila Trindade. « Je suis très tranquille. La vérité éclatera tôt ou tard », a déclaré le joueur de 27 ans à sa sortie du commissariat jeudi 13 juin.

L’attaquant du Paris SG, costume sombre, était arrivé dans une voiture particulière et avait rejoint le commissariat en s’appuyant sur des béquilles en raison d’une blessure à la cheville droite. La star brésilienne était attendue sur sa version des faits dans cette affaire.

Et selon le média brésilien O Globo, cité par RMC, l’attaquant parisien aurait reconnu, lors de cette audition, avoir bu le jour des faits et confirmé avoir frappé la jeune femme, à sa demande, lors de leur rapport sexuel. Najila Trinidade aurait alors confié au footballeur, à sa grande surprise, qu’elle voulait l’épouser.

L’accusatrice visée par une plainte pour diffamation

Cette dernière avait été entendue à Sao Paulo le 7 juin. Elle était sortie du commissariat après six heures de déposition. Le joueur, lui, avait été entendu une première fois par la police début juin à Rio. Il s’était présenté dans un commissariat de Répression des crimes informatiques, pour avoir diffusé ses échanges avec son accusatrice sur Instagram, dans sa vidéo de défense.

Par ailleurs, la police brésilienne a annoncé plus tôt jeudi avoir déposé une plainte pour diffamation contre Najila Trinidade après que le mannequin a insinué que les forces de l’ordre étaient corrompues. C’est ce que la jeune femme a laissé entendre lors d’une interview à la chaîne SBT, lors de laquelle elle évoquait le vol présumé d’une tablette sur laquelle elle aurait enregistré une vidéo de sa rencontre avec l’attaquant vedette à Paris.

Lâchée par son 3e avocat

Lundi, la jeune femme avait été lâchée par un troisième avocat, Danilo Garcia de Andrade, après les déclarations de sa cliente supposant qu’il serait impliqué dans le vol présumé de la tablette.

Un premier cabinet d’avocats s’était auparavant retiré du dossier au moment du dépôt de plainte en raison de contradictions dans ses déclarations. Une deuxième avocate avait ensuite accompagné celle-ci pour formaliser l’accusation, avant que Danilo Garcia de Andrade ne prenne finalement sa défense.

LAISSER UNE REPONSE