LES SIGNES DE L’IMMINENCE DE L’ÉJACULATION

0
306

Pour faire durer le plaisir, atteindre l’orgasme en même temps ou simplement  être rassurée en cas de fellation… Le secret c’est de savoir identifier LE moment où le plaisir de l’homme est tel qu’il ne peut plus se retenir…

Pourquoi c’est important de savoir reconnaître les signes de l’éjaculation ?

Pour aider sa partenaire à atteindre l’orgasme : “L’homme jouit en une poignée de secondes, la femme en une brassée de minutes”, explique le médecin sexologue Gérard Leleu dans son livre Le traité des orgasmes, (ed. Leducs). En effet pour ces messieurs : la moyenne serait de 3 à 5 minutes pour atteindre le septième ciel, là où il faut 15 minutes à 1 heure pour la femme. Un décalage entre les deux sexes qui peut s’avérer être un vrai obstacle à l’osmose du couple. Pourquoi ? Une fois que l’homme a éjaculé, l’érection devient moins vigoureuse et retombe rapidement ce qui coupe généralement court à l’ascension du plaisir de sa partenaire. Reconnaître les signaux de l’arrivée de l’éjaculation permet à chacun de s’adapter pour ralentir ou accélérer sur l’échelle ascendante du plaisir.

“Les enquêtes confirment que plus la présence du pénis dans le vagin se prolonge, plus sûrement vient l’orgasme féminin”, explique le spécialiste. Pour apprendre à maîtriser son éjaculation il est donc important d’en connaître les différents stades.

En cas de fellation : certaines femmes sont réticentes à l’idée de pratiquer une fellation à leur partenaire craignant que ce dernier n’atteigne l’orgasme et n’éjacule à l’intérieur de la bouche. Il est important d’en parler avec l’amant juste avant et s’il est convenu de vous retirer juste avant, il est plus commode et plus rassurant de savoir reconnaître le moment fatidique de l’éjaculation.

L’excitation monte

Tout comme la femme, l’homme a besoin de stimulation pour atteindre l’orgasme. La première phase c’est : l’excitation. « Plus l’excitation croît, plus le plaisir croît” souligne à juste titre le Dr Leleu, médecin sexologue. Pour cela, un seul moyen : un mouvement de va-et-vient le long du pénis avec plusieurs « armes »: le vagin, la main ou la bouche.

Une fois que cette phase d’excitation est au sommet, l’orgasme et donc l’éjaculation peuvent arriver à tout moment. Il faut alors repérer deux choses :

Le point dit “d’imminence d’éjaculation” : “c’est une phase réversible. A ce stade si l’homme arrête ses mouvements, l’excitation cesse de croître et l’éjaculation ne se produit pas”, explique le spécialiste.

Le point dit de “non retour” : une fois parvenu au point d’imminence précédent, si l’homme continu ses mouvements ou si la femme poursuit la stimulation, l’excitation continue de monter et se dirige vers la phase suivante du plaisir masculin qui mène à l’orgasme.

Des mouvements de bassin plus rapides

Il n’y a pas que le pénis qui puisse donner des indications sur l’imminence d’un orgasme chez l’homme. Son corps envoie d’autres signaux qu’il est bon d’apprendre à décrypter si on souhaite l’aider à contrôler son éjaculation. Pour savoir à quel moment stopper ses gestes si on souhaite qu’il dure plus longtemps, ou inversement, pour savoir si on est sur la bonne voie pour le mener à l’orgasme.

En pratique : plus l’homme est proche d’atteindre l’extase, plus ses mouvements de bassin vont s’accélérer et s’intensifier avec pour envie d’aller chercher plus de plaisir plus loin. On note aussi une “accélération de la respiration qui, par ailleurs, devient bruyante, des manifestations vocales de plaisir atteignant une grande intensité”, explique le Dr Gérard Leleu, sexologue.

A noter : ne vous formalisez pas si votre partenaire ne se laisse pas aller à des expansions sonores, la plupart des hommes “ont le plaisir muet”, selon le spécialiste.

Une hypersensibilité des testicules

Bien plus souvent citées comme partie intégrante du système reproducteur masculin que comme zone érogène, les testicules permettent également de donner du plaisir à un homme et indiquent que l’extase est en bonne voie. Lorsqu’il est sur le point d’atteindre l’extase et au bord de l’éjaculation, on constate “au cours de la masturbation, l’ascension de l’ensemble bourses-testicules, avec une hypersensibilité des testicules”, écrit le sexologue, ce qui rend les sensations plus aigües et subtiles. La peau qui les recouvre a une composition très proche des muqueuses. Sa fonction est de protéger les testicules et de les maintenir à une température plus fraîche que celle du reste du corps. La peau est donc bourrée de capteurs sensibles, de corpuscules dont celui de Krause, sensibles au froid et au plaisir. Lorsqu’il est sur le point d’atteindre l’orgasme, les bourses remontent vers le bas ventre.

Une contraction et un durcissement de la verge

Une fois la phase de non retour atteinte, si l’homme et sa partenaire décident de poursuivre leurs mouvements de stimulation que ce soit par pénétration, fellation ou masturbation, c’est la phase finale : celle où l’homme va atteindre le pic de sa jouissance. La partenaire devrait commencer à constater des signaux de plaisir plus qu’explicites chez son partenaire. Pour entrer dans les détails : l’orgasme consiste en un enchaînement de contractions des muscles du périnée : “Une toutes les 8/10e de seconde, en tout 5 à 15 contractions s’étalant sur 10 à 15 secondes”, explique le Dr Gérard Leleu.

D’un point de vue sensation : “L’homme ressent un plaisir soudain et aigü à la racine de la verge (il correspond à la mise en tension des voies spermatiques et des muscles pubo-coccygien), la verge va se durcir et se redresser encore plus face à la contraction de la prostate, urètre prostatique et canal éjaculateur qui va permettre l’expulsion du sperme sur le point de se faire.

Juste après survient la phase de détente, c’est-à-dire le moment où le plaisir redescend subitement, le corps de l’homme se stoppe et la verge redescend.

Source: medisite.fr

LAISSER UNE REPONSE