BOUWE NDJIELE DORETTE, Promotrice du concept « Miss Ronde et Belle » nous parle de ce concours pas comme les autres

0
38

La 3e édition de l’élection « Miss Ronde et Belle » se tiendra le 30 décembre à Yafe. La promotion de ce concours pas comme les autres, BOUWE NDJIELE DORETTE nous a accordé cette interview exclusive.

Bonjour Dorette, tu es la promotrice du concept « Miss Ronde et Belle », qu’est ce qui t’a motivé à mettre en place ce concept?

Bonjour à vous et merci de me donner l’occasion de parler de ce concours qu’est Miss Ronde et belle. Ce qui m’a motivé à organiser ce concours, c’est qu’après mon accouchement j’avais pris trop de kilos, j’étais à plus de 130 kilos. Je ne pouvais pas faire un pas sans que les gens ne me fassent la remarque sur mon surpoids. En 2010 je suis allée en côte d’Ivoire pour le cinquantenaire du Cameroun en côte d’Ivoire et une fois là-bas les personnes que je rencontrais me disaient que je suis une « Awoulaba » et quand j’ai demandé la signification on m’a fait comprendre que c’est un concours de beauté des femmes en chair, femme ronde. Une fois rentrée au pays j’ai mis sur pied une émission à caractère social une émission à grande écoute au nom de « kiss Night » sur la 106.0 kiss fm à Yaoundé. Dans cette émission j’ai reçu pas mal de femmes rondes qui venaient me parler de leurs problèmes vu que c’était une émission d’écoute. Elles vivaient pas mal de frustrations dans leur foyer, au sein de leur famille, dans leur lieu de service bref dans leur entourage. Là je me suis dit il faut faire quelque chose. J’ai commencé par le festival de l’excellence et la créativité féminine qui consistait à récompenser les femmes qui se sont démarquées au courant de l’année. Et à l’intérieur il y avait plusieurs activités dont un forum d’échange et un défilé de mode. Et dans ce défilé de mode il y avait plusieurs femmes rondes et je me suis dit pourquoi ne pas organiser un concours de beauté qui valorisera les femmes rondes qui sont au quotidien marginalisées par leur famille et leur entourage. Et en 2016 j’ai pu mettre la 1ere édition sur pied au Hilton hôtel lors du salon du mariage organisé par l’hôtel qui m’avait sollicité comme consultante à l’occasion. Voici comment est né le projet.

La 3e édition se tiendra le 30 Décembre 2018 à YAFE, quel bilan fais-tu des deux premières éditions? Pourquoi le choix de Yafe quand on sait que le concours se tenait au Hilton?

A travers cette 3e édition, nous voulons toucher plus de monde. Nous voulons que cet évènement soit vécu par le maximum de personne. Nous quittons d’un espace qui accueille 700 personnes à celui qui pourra en accueillir entre 3.000 et 4.000 personnes assises.

Depuis la 1ere édition, l’international camerounais Kameni est le parrain, pourquoi ce choix…

Idris Carlos Kameni est un footballeur pas comme les autres, c’est un père de famille responsable. Il a été choisi par les filles et quand me suis rapprochée de lui il a trouvé la cause noble et il s’est dit pourquoi pas, il nous a accompagné sans posé des questions il a cru en nous, il a assisté à la 1ere édition, puis à la 2eme toujours accompagné de sa charmante épouse. Et cette année encore il est notre parrain. Cette année nous avons une marraine, Madame Michèle Fongang Fotso, une entrepreneure, un modèle dans le domaine de l’entreprenariat au cameroun et en Afrique.

Animatrice radio et tv, présentatrice évènementiel… qui est en réalité Dorette?

Dorette est une jeune femme entreprenante qui a commencé dans le social il y a 10 déjà, via

La MUFERED qui fait ses preuves à travers le concept l’arbre de Noël des orphelins et enfants défavorisés  dénommé « par ici noël ». Je suis AMBASSADRICE DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME. Je suis également femme au foyer et Productrice

Quelques contacts utiles?

00237 699922467

O0237 775238097

Je tiens à rappeler qu’à travers ce concours, j’encourage les candidates à s’accepter telles qu’elles sont mais aussi à faire attention aux maladies liées au surpoids : Le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires.

 

culturebene.com

LAISSER UNE REPONSE