Qui mange l’argent de la musique au Cameroun ?

0
77

Ce titre avait déjà été traité par notre rédaction, mais malheureusement vous ne pourriez l’avoir car à l’époque nous étions encore sur www.kurbain.com, domaine qui n’est plus actif depuis plus d’un an, donc les contenus sont inaccessibles. Bien qu’ayant été traité, pour ma part ceci n’est qu’une réactualisation car l’angle de traitement est différent et même les référents. Cette question revient souvent dans nos débats entre acteurs culturels, souvent pour se charrier mais souvent parce que l’on a le souci de voir le biz avancer.

La musique est un secteur d’activité qui rapporte toujours gros dans le monde, des chiffres effrayants sont souvent donnés dans des pays où l’industrie musicale existe réellement. Selon « statista.com », les revenus de l’industrie de la musique numérique dans le monde en 2015 était de 6,6 milliards de dollar et en 2014 la France se faisait un revenu annuel de 220 millions de dollars. Au Cameroun impossible de dire combien cela rapporte réellement car tout est encore informel, personne ne peux te dire combien Mr Leo a fait en chiffre d’affaire durant l’année dernière, chercher à savoir combien Universal donne à Tenor c’est un peu comme me demander le chiffre d’affaire de l’an dernier de Kamer Urbain, mon frère c’est impossible de l’avoir sans être du cercle.


statistique de www.statista.com

 

Tout de même les choses bougent de plus en plus, les acteurs se prennent de plus en plus au sérieux, donc qu’on le veuille ou pas il existe quelque chose que l’on appelle show-biz camerounais. Ce mot qui est une association entre Show et Biz. Show pour le divertissement, représentant ici tout le beau coté de la chose, et Biz diminutif de bizness qui est veut dire « faire de l’argent ». Au Cameroun, la séparation se fait trop souvent, on fait le show sans le biz, ce qui entraîne évidement l’absence d’une réelle industrie musicale.

Maintenant le décor est planté, je vous ai fait étalage de ma grande connaissance de l’industrie et du showbiz. « Mouff !! » me diront certains, que j’ai dis quoi là qu’ils ne connaissent pas déjà. Donc, allons dans le vif du sujet, Qui mange l’argent de la musique au Cameroun ? Pourquoi vous posez-vous cette question ? Posez la moi j’ai la réponse, Je vous dirai c’est Tonton Boudor, non plutôt Babylone Squad, non plutôt ce sont les Geomètres, ok cava c’est Digital et Izmo le rapologue. Ça parait être de la moquerie, mais en fait ces noms sont des légendes, les bases et ceux grâce à qui on parle de musique urbaine au Cameroun et même en Afrique, mais si une chose est certaine c’est que tout le monde mange l’argent de cette musique sauf eux. Car le biz depuis sa base a été organisé pour que tout le monde mange sauf les acteurs principaux de ce film (les artistes musiciens).

Bien que les choses s’améliorent de plus en plus, ils sont encore très peu qui vivent pleinement du fruit de leur métier, je peux citer à peine 10 noms, je vois bien des artistes comme Franko, Daphne, Stanley Enow, Tenor, Maahlox, Locko, Magasco, Mink’s, Salatiel, Mr Leo, qui d’autre? Personne. Alors qu’à coté les électrons gravitant autour d’eux se font énormément d’argent voyez là, Les Vidéos maker, Les évènementiels, les Booker, Les animateurs, Les Beat Maker, Les acteurs du web. Vous me demanderez certainement de citer aussi 10 de ces catégories-là, Tout d’abord faut préciser que dans une chaîne, si un maillon ne marche pas c’est toute la chaine qui ne marche pas donc, je ne prétends en aucun cas que les autres mangent, mais ce que je dirai c’est que en faisant un rapport moyen les autres s’en sortent mieux.


voiture de tenor

Prenons par exemple les acteurs du web, il en existe combien ? Moi étant acteur du web je n’en connais pas 15, mais il est certain que 10 d’entre eux ne se font pas un mois sans qu’ils n’aient au-moins 50 000 F Cfa. Donc plus de la moyenne s’en sort. Le même exemple peut être pris avec les animateurs radio, qui en plus de leur (salaire), se font beaucoup de sous à côté.

Je ne vous ferai pas un classement ni par personne, ni par secteur d’activé, bien que je l’avais fait dans la première version de cet article, et aujourd’hui je pense que c’était une erreur car ça manquait d’objectivité et de sources vérifiable. Donc restons donc objectif dans notre raisonnement et ne plongeons pas dans des classements spéculatifs car comme je le disais d’entrée de jeu, il est presque impossible de savoir combien Dr Nkeng et Mr Tcheck ont pu réaliser comme chiffre d’affaire avec la multitude de clips sortis de leur banc de montage l’an dernier, encore moins ce que Jamat (le mec en charge du booking au marché de Noel de Douala) a eu, ni combien Ach4Life a pu se faire avec son Hip-Hop Talent Search, même le plus proche de moi Atome (le Blogueur ayant collaboré avec plus de 10 marques et entreprises en 2017), ses chiffres restent ses chiffres.

Je finirai en vous disant que le Cameroun étant un environnement où il n’existe pas de réel producteur, et presque pas de promoteur sérieux, la très grande majorité des artistes est en autoproduction. Donc non seulement ils ne mangent pas, ils ont encore pour devoir de faire manger les autres acteurs de l’industrie au risque que leurs œuvres ne marchent même pas (vu que c’est un ou deux sons qui marchent par an). C’est eux qui donnent les millions aux réalisateurs de clip, c’est eux qui payent les blogueurs et animateurs qui font le travail comme ils veulent et comme ils sentent (vu qu’il n’y a jamais de contrat), et le plus laid c’est souvent eux qui payent encore les évènementiels pour être sur leur scène.

kamerurbain.com

LAISSER UNE REPONSE